Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Fralib

Publié le par Parti de Gauche sur la 6ème circonscription de l'Essonne

Quelles que soient les luttes qui sont menées à quelque endroit que ce soit, rappelons qu'il y a des victoires qui en appellent d'autres. Je parle ici du formidable mouvement des Derichebourg (Chronopost) sur le territoire de Chilly-Mazarin (91), suivi de celui des travailleurs des cars Meyer sur la commune de Montlhery (91). Ces luttes ont été menées avec le même objectif pour chacun « obtenir de leur direction, respect et reconnaissance ». Car malheureusement, les possédants, ceux qui n'ont de souci que le coût du travail et l'amour du profit s'acharnent contre toutes celles et ceux qui osent s'opposer à leur vision ultralibérale du monde du travail.

En premier lieu, les syndicalistes restent des victimes toute désignées qu'il conviendrait pour certains de faire disparaître du monde du travail. Le Front National en rêve, le Parti Socialiste met en œuvre les revendications du Medef considérant l'accord « sur la sécurisation de l'emploi » comme une avancée inespérée du dialogue social. Mais alors, comment échapper à ce rouleau compresseur que représente le capitalisme dédié uniquement à la finance ?

Les Fralib

Des militants, comme notre camarade Gérard Cazorla des Fralib, tiennent à démontrer qu'il existe une alternative à la politique d'austérité conduisant à la fermeture de milliers d'entreprises. Ils ont résisté contre la fermeture de leur usine ils sont prêts à faire valoir leur savoir-faire en transformant leur société en SCOP. À trois reprises ils ont fait reculer devant la justice la tentative de leur direction d’un PSE. Ils ne lâchent rien.

Qu'à cela ne tienne, puisqu'il y a de la résistance, la direction s'en prend à l'homme. Gérard est accusé par sa direction d'avoir porté atteinte à la dignité de son entreprise, d'avoir diffamé, calomnié, menti. Par des procédures judiciaires, c'est un véritable harcèlement qui est mis en place. Le message se veut clair de la part des possédants. Du capitalisme financiarisé point d’humanité il est question.

Dans la crise que nous traversons le mot fin ne semble jamais s'inscrire. La raison en est simple, ce système qui n'a rien d'une fatalité, enrichit au fil du temps une minorité (depuis deux années nous avons doublé le nombre de millionnaires dans notre pays) et appauvrit un peu plus chaque jour des travailleurs (nous comptons plus de 8 millions de pauvres et 5 millions de chômeurs toutes catégories confondues, près de 2 millions de chômeurs devrait arriver en fin de droit à la fin de l'année 2013).

Les Fralib

Parce que des médiacrates voient en Jean-Luc Mélenchon un homme seul, ils fichent comme une règle que chaque militant s'interposant avec détermination contre cette machine de guerre qu'est la finance est par le fait un cas isolé. Il en a été ainsi dés Conti, de PSA, plus loin dans le temps du RER B pour défendre les transports et les services publics.

Non Gérard, tu n'es pas seul et nous serons nombreux avec le front de gauche à être à tes côtés, mardi à Nanterre pour soutenir ta juste cause et exiger ensemble que justice te soit rendue.

« L’humain d’abord »

Philippe Juraver.

Commenter cet article